Menu de navigation

On le sait peu, mais le Vietnam est le 2ème pays exportateur de café au monde, derrière le Brésil et le premier producteur pour la variété « ROBUSTA ». En 2012, cela représentait près de 600 000 agriculteurs qui cultivaient du café, essentiellement sur les hauts plateaux vietnamiens. Parmi ceux-ci, un français, Pierre MORERE produit un café d’exception dans la région de DALAT.

En allant à la rencontre de M. MORERE, nous nous attendions à visiter une plantation de café. C’est en fait bien plus. D’emblée, ce français installé à Dalat nous étonne par son histoire.

Pierre MORERE nous parle de son café

Pierre MORERE nous parle de son café

Pour lui, le café est avant tout une aventure humaine. La variété Bourbon pointu, importée de la Réunion, fut perdue par la suite. Pierre l’a retrouvée en forêt grâce aux montagnards, ethnie locale auprès de laquelle il a vécu 8 années. C’est désormais cette variété très particulière qu’il cultive à l’ancienne, effectuant le travail à la main, avec minutie. Il nous raconte la vie dans les villages des minorités et l’importance de leur connaissance ancestrale de la forêt, et de la nécessité de la mettre en avant pour en tirer des enseignements. Des montagnards, monsieur MORERE a tout appris sur le café : le planter, le récolter, le préparer…

 

Le filtre plat permet une meilleure infusion.

Le filtre plat permet une meilleure infusion.

Chaque étape a son importance jusqu’au filtre presque plat qui permet une meilleure infusion. Et ce savoir lui sert à produire un café haut de gamme, à la qualité bien française, comme il le souligne. Nous ne sommes pas de grands amateurs de café, pourtant celui-là nous a tout de suite séduits par sa finesse, c’est un vrai régal.

Lors de notre rencontre, M. MORERE a particulièrement insisté sur l’importance de la notion de « dette », que tout investisseur connaît bien, et qui fait parfois passer des nuits blanches à ceux qui la contractent. En effet, il nous explique que la confrontation des petits producteurs du Vietnam aux firmes internationales ne s’est pas faite sans problème. Pour les ethnies montagnardes, il a fallu emprunter de l’argent pour démarrer certaines plantations. Beaucoup d’entre eux, plus habitués à des « échanges » qu’à des « chiffres », ne connaissaient pas ce principe de « prêter de l’argent », et ont parfois dû vendre leur lopin de terre pour rembourser leurs dettes.

La vidéo de notre rencontre:

Ethnologue de formation, M. MORERE travaille au moment où nous le rencontrons, à l’ouverture d’une galerie d’exposition d’outils, armes de chasse et autres objets du quotidien de ces villages de minorités auxquels l’étranger n’a pas accès ; ainsi qu’à l’accueil des touristes dans un éco-lodge situé aux abords d’une partie de la plantation.

Une maison traditionnelle dans l'éco-lodge

Une maison traditionnelle dans l’éco-lodge

Au milieu des arbres, quel calme ! Les coquettes habitations sur pilotis sont faites de bois, sur le modèle de celles des villageois. Ces derniers les bâtissent en longueur, car dans leur culture matrimoniale, un nouveau couple équivaut à une nouvelle cloison dans la maison familiale. Voilà un cadre vraiment authentique qui change du tourisme de masse.

 

 

Pour plus d’information sur le café Bourbon MORERE: http://www.domainemorere.com/

Pour continuer à avancer dans ses projets, Pierre MORERE est présent sur une plateforme de financement participatif: http://www.kisskissbankbank.com/le-cafe-bourbon-pointu-morere-du-vietnam-un-cafe-d-exception?ref=selection

 

 

Plus d'infos»
Tous les types d'étape Tous les lieux Toutes notes

Etapes